373

bientôt Noël Noël Noël Noël et sa frénésie molle
ô guirlandes guirlandes couvrez les pauvres
ils ont froid
recouvrez-les ils sentent mauvais
petit Papa Noël faites tomber la neige
en Afrique que
pleuve l’espoir
sur les petits enfants noirs ils hoquètent à vide
ö Noêl rendez-nous zinzins comme on aime
épileptiques écarlates dans les magasins

et la trêve des confiseurs est-ce-t-un rêve ?
ou un alexandrin qu’on césure au surin

où est Noël ? me semble à moi
qu’il y avait autre chose
chaud mélange qui a tiédi de choses d’autres choses
où est-ce et qu’est-ce ?

Noël Noël Noël
n’est pas perdu
Noël est à jamais – odeurs couleurs et sentiments
malaise joie sapin tristesse laine épaisse −
Noël entier y est
Noël y loge je
l’ai retrouvé
là    ¨
tout Noël est
dans les deux points du e tréma

 

372

Dans son insatiable quête de connaissance, l’enfant est-il bien avisé de déposer toute sa confiance en l’adulte ?

Doit-il prendre pour argent comptant la théorie, largement diffusée dans les ouvrages illustrés à destination de la jeunesse, selon laquelle le mouton fait bêêêê tandis que la chèvre fait mêêêê ?

Et si c’était l’inverse ?

371

J’ai reçu une lettre de madame Bellepaire, de Loches (très belle ville, soit dit en passant, qui n’est rien moins que la « Capitale de la Touraine Côté Sud » comme le précise le site Internet de la mairie).

Et, donc, madame Bellepaire, de Loches, me demande, après les compliments d’usage sur la bonne tenue de ce blog que les étrangers et les croyants nous envient, me demande donc pourquoi j’ai été si peu actif  ces derniers temps. « La vogue du blog est-elle en passe de sombrer dans l’oubli le plus complet ? » s’interroge Yvette (car c’est son prénom) Bellepaire, de Loches, dans ce style journalistique que les Américains nous jalousent.

Votre angoisse est légitime, et je viens l’apaiser, chère Yvette. Comme vous ne l’ignorez point, nous approchons de la période des bonnes résolutions. Dans ce contexte, j’ai pensé qu’il n’était pas malhabile de ma part de me soumettre à une cure de négligence temporaire de façon à, dans un ultime sursaut d’énergie, jeter toutes mes forces de fin d’année dans un poignant discours de bonnes résolutions dont la principale sera, bien entendu, la publication pluri-hebdomadaire d’un billet sur la Vogue du blog.

Voilà, Yvette, j’espère vous avoir rassurée. Meilleures salutations à Loches, et à Philippe.