454

cet homme secouant sa nappe rouge
au balcon d’un cinquième étage

me rappelle à mon enfance

ma mère achetait
du riz Taureau ailé

432

Je trouvai un pavé dans la mare
Laissé là sans doute par la Cour des Comptes
J
e m’en saisis et dis :
P
avé, tu es pavé, et sur ce pavé
Je bâtirai mon Église d’amour, de joie et de beauté…

Tu seras le pavé des bonnes intentions.

398

non seulement le type désacralisait l’art
mais il continuait à en faire (de l’art)
il croyait peut-être s’en tirer indemne
naïf
on le sacralisa !

 

373

bientôt Noël Noël Noël Noël et sa frénésie molle
ô guirlandes guirlandes couvrez les pauvres
ils ont froid
recouvrez-les ils sentent mauvais
petit Papa Noël faites tomber la neige
en Afrique que
pleuve l’espoir
sur les petits enfants noirs ils hoquètent à vide
ö Noêl rendez-nous zinzins comme on aime
épileptiques écarlates dans les magasins

et la trêve des confiseurs est-ce-t-un rêve ?
ou un alexandrin qu’on césure au surin

où est Noël ? me semble à moi
qu’il y avait autre chose
chaud mélange qui a tiédi de choses d’autres choses
où est-ce et qu’est-ce ?

Noël Noël Noël
n’est pas perdu
Noël est à jamais – odeurs couleurs et sentiments
malaise joie sapin tristesse laine épaisse −
Noël entier y est
Noël y loge je
l’ai retrouvé
là    ¨
tout Noël est
dans les deux points du e tréma

 

361

Je suis lassé de lacer des lacets
Disait en soupirant le laceur de lacets à son masseur assermenté
Patient et conciliant avec ce bon client celui-ci acquiesça et lui dit en souriant :
Assurément laceur professionnel est un métier lassant un sacerdoce un sacrifice incessant
Mais je suis bien certain que vous serez satisfait de mes soins
Un bon massage aux huiles essentielles
Savamment dispensé des pieds jusqu’aux aisselles
Chassera vos soucis soyez-en assuré

Oui c’est sûr ça délasse
Mais bon c’est pas la panacée non plus
Soupira le laceur décidément blasé

Se sentant offensé froissé blessé dans son estime de soi le masseur agacé lui répondit d’un ton glacé :
Ah t’es lassé laceur ? T’as qu’à regarder Thalassa, tu verras si t’es lassé !