361

Je suis lassé de lacer des lacets
Disait en soupirant le laceur de lacets à son masseur assermenté
Patient et conciliant avec ce bon client celui-ci acquiesça et lui dit en souriant :
Assurément laceur professionnel est un métier lassant un sacerdoce un sacrifice incessant
Mais je suis bien certain que vous serez satisfait de mes soins
Un bon massage aux huiles essentielles
Savamment dispensé des pieds jusqu’aux aisselles
Chassera vos soucis soyez-en assuré

Oui c’est sûr ça délasse
Mais bon c’est pas la panacée non plus
Soupira le laceur décidément blasé

Se sentant offensé froissé blessé dans son estime de soi le masseur agacé lui répondit d’un ton glacé :
Ah t’es lassé laceur ? T’as qu’à regarder Thalassa, tu verras si t’es lassé !

354

Baderne austère

Notre équerre qui es au mieux,
que ton rond soit simplifié,
que ton peigne tienne,
que ta propreté soit faite à Nanterre comme à Sienne.
Abonne et mouds de l’enduit sur notre pin d’abat-jour.
Redonne-nous nos défonces,
comme mous édredons à ceux qui nous ont défoncés.
Et ne nous remets pas en location,
mais lis les livres du mâle.

Amène.

351

La liberté s’use à mesure que l’on n’en use pas.

la liberté s’use
à mesure
que l’on n’en use
pas

la liberté à Mesure s’use.  que l’on n’en pas use

349

Tout s’arrose mais ça lasse

son cou rouge annonçait
sœur suzanne suant
une suze et suçant
la courge du nonce est

sacrément sure et si
peu dure mais surseoir
ne se peut car pénis
hiérarchique est sacré

sacerdoce passer
à la casserole et
à l’anal assurer
sourciller mais si peu

ô sire astiquez su-
ppliait la nonne à ge-
noux mon bijou soyez
chou vieux hibou roux rance

las ! courroux du curé
diplomatique à la
couperose qu’on ose
son cou rouge annonçait

(tout ça rose mais salace)

346

Ce sera la retraite
Et le temps de l’arthrite
Tes seins seront à terre
Je serai viagrataire

Délivrés de l’ivresse
Folle de la jeunesse
Nous ferons peu de bruit
Aucun cri à minuit

Nous serons à la fois
Plus raides et plus mous
Moins sages et moins fous
Nous aurons toujours froid

Ce sera très nouveau
Pour nous que d’être anciens
Froidir changer de peau
Devenir batraciens

Nous prendrons l’habitude
De la décrépitude
Et porterons l’odeur
De la mort avant l’heure

Nous serons deux enfants
Qui n’ont plus peur du noir
Deux très vieux éléphants
Qui perdent la mémoire

Deux qui font un naufrage
Très digne pour leur âge

Nous serons très heureux

Nous serons amoureux