248

Tu vois bien tout est vain
Rien ne dure adieu semblent dire
Les pages
Du livre
De poche
Qui à peine jaunies se détachent
Et tombent
Adieu
Tout est vain
Et la volonté délirante de durer
Est vaine et vanité

Le cadavre du livre dans mes mains
Un coup de poing dans mon ventre
Un dais d’Inexorable du silence
On meurt

On meurt on meurt sans trop en avoir l’air
Et un jour on est mort

Ramasse une à une les pages
Du papier pas cher
De l’encre à bon marché
De la colle desséchée
C’est tout
De la matière de la poussière d’étoiles un effet du Big Bang
Bon
Debout enfin allons
Combien de lumière aux minutes sombres
De bouffées d’air aux heures suffocantes
Combien d’abris dans la tourmente
Combien de répits dans l’angoisse
Ce livre
Rien n’est vain que la vanité
La servitude et l’habitude

Se lever sous le regard de personne et savoir
Savoir vraiment
Que rien ne dure

Et tout ce qui se lève un jour
Tombe