242

4

Nous arrivons en gare du Nord
Le climat est clément plus qu’à Moscou
Nous nous installons dans un hangar et méditons sur la mort
Pour tuer le temps
Mais le temps ne meurt pas
C’est pour cela que la mort dure si longtemps

Je me demande quand meurt-on
Est-ce à la fin de la vie ou bien quand la mémoire des autres s’éteint
Ou nous trahit
Je porte bien des morts dans ma mémoire
Qui donc les portera quand je serai parti

J’interpelle mes compagnons
Savez-vous combien mais combien de mémoires vous portent sans vous avoir jamais vus vivants
Pessoa soupire
Rimbaud arbore un sourire abyssin
Calaferte qui nous a rejoint
Dit peu importe on s’en fout c’est pas nous c’est du rêve

Plotin sort du silence et triomphant nous informe
Jerry Cornelius est à Rome