301

C’est un phénomène remarquable et pourtant très peu étudié que l’éclosion spontanée d’une authentique pensée philosophique au cœur même du quotidien le plus banal du père de famille, et ce, sans que ledit père ait bénéficié d’une formation préalable à cette discipline particulièrement ardue qu’est la philosophie.

C’est ainsi que je me suis surpris à expliquer à Santiago (3 ans) que « c’est comme ça, mon vieux, il y a des choses pour un âge et d’autres choses pour d’autres âges ».

300

Dieu : Rien à faire, mes humains sont toujours aussi arrogants… Ça me désole…

Satan : Tu veux leur faire baisser la tête ? Je peux t’aider…

Dieu : Oui mais attention, hein, on n’est plus dans l’Ancient Testament, là. Je ne veux pas les traumatiser à coup de déluge ou autres manifestations de violence. Et les méthodes du Nouveau Testament aussi c’est fini, d’ailleurs. Je ne veux pas qu’ils vivent dans le sentiment de culpabilité et dans la honte. Tu comprends, c’est une question d’éthique.

Satan : Ne t’inquiète pas. Ils n’auront pas peur, ils n’auront pas honte. Mais ils baisseront la tête. Ils baisseront la tête en marchant, ils baisseront la tête en mangeant, ils baisseront la tête tout le temps. Sans peur ni honte.

Et Satan créa le téléphone intelligent.

299

Les témoins de la scène sont formels : le jeune homme était plongé dans son livre.

Eh bien, non seulement il ne s’est pas noyé mais il en est ressorti complètement sec.

298

Sauver la planète, je veux bien, mais pour quoi faire ?

Pour faire ce qu’on ne fait pas ? Ce qu’on n’a jamais fait ? Qu’on ne fera jamais ?

Ou plutôt pour faire ce qu’on ne cesse de faire… « Baisse la tête, sauve la planète, et obéis. Tu iras au paradis. »